Bien visiter un bien immobilier: laisser parler d’abord la tête, ensuite le cœur

Pour bien visiter un bien immobilier, il faut d’abord laisser ses sentiments de côté. Car si l’on veut éviter les mauvaises surprises après l’achat, il vaut mieux se centrer sur les chiffres et garder la tête froide. Le blog Immopulse vous y aide!

Disons-le d’emblée: l’achat d’un bien immobilier n’est pas pour les novices et les gens pressés. En règle générale, il s’agit du plus gros investissement que l’on fait dans sa vie. Dans ce contexte, se faire conseiller par un expert indépendant est donc une simple question de bon sens. En suivant quelques règles de base, il est toutefois possible de se préparer à un achat immobilier, même lorsque l’on ne dispose d’aucune connaissance en la matière.

Règle n°1: Effectuer des recherches et se documenter

Avant même la visite à proprement parler, des recherches devraient être faites, et des documents importants, rassemblés. A commencer par un extrait actuel du registre foncier. Celui-ci permet de vous renseigner sur l’état, la situation et les rapports de propriété liés au bien, mais aussi sur les droits et devoirs y afférents. Un extrait de la mensuration officielle indiquant les limites exactes du terrain en fait également partie. Les données de l’assurance des bâtiments sont elles aussi indispensables. Il en ressort les principales informations concernant le volume du bâtiment, les surfaces partielles, l’année de construction, la valeur d'assurance et la date de la dernière estimation.

Tout aussi importants: les plans, coûts de construction et de rénovation ainsi que les informations de l’office des contributions concernant la valeur locative propre et l’imposition de la fortune. Si un bien est entièrement ou partiellement loué à des particuliers, les informations s’y rapportant sont également utiles (recettes locatives, etc.).

Pour ce qui est de la propriété par étages (appartements en propriété), il convient de se procurer l’acte constitutif, les plans de distribution, le règlement, les éventuelles rénovations prévues ainsi que les derniers procès-verbaux et comptes annuels. De nombreuses informations relatives aux terrains peuvent être consultées en ligne à l’adresse www.geomatik.ch. Cela vaut aussi souvent pour les prescriptions locales en matière de construction, au cas où des transformations ou extensions du bien sont envisagées.

Règle n°2: Aller du bas vers le haut

Si un bien présente des défauts, ils sont en général plutôt visibles au niveau de la cave. C’est pourquoi il est préférable d’effectuer la visite «du bas vers le haut». D’abord parce que l’on est encore réceptif et attentif en début de visite, ensuite parce que l’on ne se laisse pas éblouir par les jolis détails de la surface habitable. Le sous-sol renseigne sur le type de construction et les installations techniques telles que le chauffage. Les éléments «chers» tels que le chauffage, l’isolation thermique, les façades, le toit, les fenêtres, les zones sanitaires et la cuisine doivent bénéficier d’une attention toute particulière. Il importe aussi de visiter le bien à différents moments de la journée afin de se rendre compte de la luminosité mais aussi des émissions sonores et autres. Cela permet de mieux évaluer les qualités des différentes pièces en termes de clarté, vue, sonorité ou encore indépendance.

Les aires de stationnement et garages méritent également un coup d’œil, étant donné qu’ils peuvent engendrer des coûts élevés en cas d'extension nécessaire. L’environnement des maisons individuelles compte lui aussi, car il permet d’évaluer les frais d’entretien et les possibilités de développement de l’espace habitable.

Règle n°3: Examiner l’environnement au sens large

Les délimitations de propriété telles que des clôtures ou des haies élevées peuvent donner des indications sur les relations avec le voisinage. Si l’on a des connaissances ou des amis dans les environs, il peut s’avérer judicieux de les interroger sur l’«ambiance de quartier». Les raccordements de la propriété doivent eux aussi être passés au crible. Car les rénovations de voies d’accès ou de canalisations prévues sont en général cofinancées par les propriétaires.

Autre point à ne pas oublier: l’accès au réseau de transports en commun, la proximité des commerces et la distance par rapport aux écoles et aux écoles enfantines sont des facteurs importants à examiner sur place. Pour déterminer ses chances de bien se sentir dans le quartier, il est aussi souvent utile de s’intéresser à la composition de sa population.

Règle n°4: Chercher un professionnel de confiance

Toutes ces préparations ne changent rien au fait que seuls les professionnels connaissent tous les dangers et pièges que recèlent les achats de biens immobiliers et sont en mesure de les déceler. Nous en revenons donc à notre postulat de départ, à savoir: sans professionnel digne de confiance, mieux vaut ne pas procéder à un investissement qui sera probablement le plus important de sa vie.

Prenez donc dès maintenant contact avec le conseiller le plus proche de chez vous et profitez de sa longue expérience et de ses connaissances approfondies.

  • Bitte wählen Sie aus

Votre thème immobilier.
Notre solution globale.

HAUT
X
Send this to a friend