Densification des constructions: différentes villes, différents concepts

De plus en plus de personnes emménagent dans les villes. Le défi est de taille: comment faire de la place pour la population à des endroits qui ne présentent pratiquement plus d'espace libre?

Les mégapoles de ce monde ne sont pas les seuls endroits à déborder de toutes parts. Les villes suisses doivent elles aussi relever le défi de proposer toujours plus d’espaces d’habitation et d’infrastructures à des populations qui ne cessent de croître. Selon le Tages Anzeiger, la population de Zurich augmentera de plus de 80 000 personnes d’ici 2030. Le mot magique dans le développement urbain est «densification», et ceux qui fâchent sont «prix des logements».

 

Densification de la construction en Suisse

A Zurich, le nom d’un guide de l’Office des constructions est «Dichter» (plus dense). Certains bâtiments seront surélevés ou densifiés avec de nouvelles constructions plus importantes, c’est-à-dire qu’ils offriront plus de logements. La ville ne doit pas s’étendre davantage mais mieux exploiter l’espace à disposition. C’est également valable pour la construction d’écoles, de jardins d’enfants, de rues et d’appartements. Le titre d’un guide de l’Office des constructions, «Dichter» décrit bien cette évolution. Le guide explique comment la ville va se densifier, comment Zurich va se développer sans toutefois s’étendre. Ceci afin de construire de nouveaux logements sans affecter la qualité de vie à Zurich.
Le problème est moindre à Bâle. La population augmente à nouveau depuis 2000, ce qui est une évolution réjouissante. Toutefois, la densification est nécessaire, car il n’y a pas suffisamment de place pour une extension de la ville. Les zones dans lesquelles des bâtiments seront surélevés d’un à deux étages ont été définies. D’autre part, Bâle dispose encore d’aires industrielles et de surfaces de transports qui peuvent être exploitées pour construire des logements.

Qu’en est-il chez nos voisins?

La situation à Munich présente elle aussi des urgences. En 2030, la population devrait atteindre 1,8 million d’individus. La Süddeutsche Zeitung indique que, pour faire face à l’afflux annuel, 8500 appartements doivent être construits chaque année. En comparaison, les 3200 appartements terminés en 2016 à Zurich paraissent modestes. Munich mise sur la densification, mais doit aussi étendre sa zone urbaine en aménageant de nouveaux espaces d’habitation.
Dans la métropole bancaire de Francfort-sur-le-Main, les personnes les plus aisées ont de nombreuses possibilités de logement dans les nombreux gratte-ciel existants. Les personnes avec moins de moyens doivent, comme à de nombreux endroits, s’accommoder des zones d’habitation denses. A Francfort, l’on construit sur les espaces libres ou l’on surélève des bâtiments pour accueillir les quelque 15 000 nouveaux arrivants annuels.
Ces dernières années, Vienne a vu sa population s’accroître de 200 000 personnes. Elle devrait atteindre la barre des deux millions en 2022. La ville répondra à cette forte croissance en construisant par exemple un nouveau quartier baptisé Seestadt Aspern. Plus de 20 000 appartements devraient y voir le jour d’ici 2028. La ville aménage également les combles des immeubles et mise sur ce que l’on appelle les «appartements smart», à savoir de petits logements avec un système d’exploitation des volumes intelligent pour les célibataires et les familles.
Stockholm présente la croissance de population la plus forte d’Europe avec 11% en cinq ans. Des constructions sur l’eau et sur rails voient ainsi le jour. Le prix moyen pour la propriété du logement est de 10 000 francs le m2. Les personnes désireuses de louer un logement au centre-ville doivent attendre 14 ans en moyenne et figurent sur une liste d’attente de quelque 500 000 autres personnes. L’office du logement prévoit que, d’ici 2025, 261 000 appartements supplémentaires seront nécessaires dans la région de Stockholm. D'anciennes zones portuaires et industrielles devront être exploitées dans ce contexte. Stockholm est construite sur une île. L’on peut donc penser que le nombre d’habitations sur l’eau augmentera à l’avenir. Les larges couloirs en bordure de mer accueilleront eux aussi des immeubles.

Source: Tages Anzeiger et Süddeutsche Zeitung du 30 juin 2017

Votre thème immobilier.
Notre solution globale.

HAUT
X
Send this to a friend