Des astuces fraîcheur pour les jours de canicule

L’été est une saison bien agréable, si l’on excepte la canicule. Que faire lorsqu’il n’est plus possible de se rafraîchir dans son appartement et que l’installation d’une climatisation efficace apparaît comme trop coûteuse? Notre rédacteur a fait le test lors du caniculaire mois de juin.

20 degrés, c’est agréable; 25 degrés, c’est réjouissant... 30 degrés? C’est encore supportable. Mais à partir de 35, chaque mouvement est un supplice. Que faire lorsque son appartement bouillonne sous l’effet de la canicule, stocke cette chaleur et transforme vos quatre murs en véritable sauna?

Porter des vêtements et utiliser des parures de lit en fibres naturelles, avoir des gants de toilette froids à portée de main, laver les rideaux et les accrocher encore humides, se débarrasser des tapis qui conservent la chaleur, éteindre tous les appareils électriques... entre proches, on se transmet ces astuces à mots couverts, comme s’il s’agissait de marchandises de contrebande. Bon gré mal gré, il me fallait trouver ma propre stratégie pour lutter contre cette chaleur écrasante.

La climatisation à la rescousse:

ce serait la solution la plus simple et au fond, idéale pour les paresseux. Mais ma conscience écologique se rappelle à mon bon souvenir. De plus, ces systèmes sont soumis à l’obtention d’un permis de construire, car ils nécessitent des installations extérieures et modifient la façade. Ce serait donc trop long, sans compter que mes chers voisins pourraient s’y opposer, le système étant susceptible d’émettre un bourdonnement.

Ouvrons les fenêtres alors:

oui, mais ce qui paraît logique au premier abord relève de l’utopie quand il fait plus de 35 degrés à l’ombre. Au lieu de s’emplir d’air frais, l’appartement se transforme en serre tropicale. Tirer les rideaux n’est d’aucun secours, car la chaleur s’accumule derrière et se faufile dans toute la pièce. Seuls des volets roulants ou des persiennes protègent un peu de la chaleur. Après quelques tours de pales, le bon vieux ventilateur ne brasse plus que de l’air chaud et fait souffler un véritable sirocco.

Ouvrir la fenêtre quand il fait frais dehors:

là où j’habite, à la campagne à 1000 mètres d’altitude, il fait frais à partir de 21 heures. Mais que peuvent faire les habitants d’une ville écrasée de chaleur? Se lever tôt (voir point 5)! Allez, ouvrons les fenêtres et faisons courant d’air. Oui, mais à peine 30 minutes plus tard, mouches et moustiques attaquent. Malgré la température plus clémente, je m’écroule, de nouveau en sueur, dans mon lit.

Mais avant tout, une douche froide:

mauvaise idée! Cela incite le corps à réagir en générant davantage de chaleur pour réguler sa température. Il est préférable de placer un bain de pieds froid devant le canapé tout en profitant de sa série préférée. Ahhh…

Je dois admettre que ma mère avait raison quand elle disait d’ouvrir les fenêtres tôt le matin:

si l’on n’est pas d’humeur à chasser le moustique ou que l’on vit dans une atmosphère urbaine surchauffée, une seule possibilité: les températures sont les plus fraîches entre quatre et six heures du matin, et (presque toutes) les bestioles ailées font relâche. Il faut donc sortir tôt du lit et ouvrir toutes les fenêtres au moins une heure. Ensuite? Barricadez tout à l’abri du souffle et du soleil caniculaires jusqu’au lendemain matin...

P.-S.: je ne sais pas si cela fonctionne. En effet, la première fois où toute la famille s’est levée à quatre heures, on m’a tiré du lit manu militari. Je ne sais pas si j’étais plus ensommeillé ou en colère. Depuis, je dors à la cave. Et vous savez quoi? Il y fait très frais! Je ressortirai une fois l’automne venu ou alors peut-être une fois que la cave à vin sera vide... Bon été à tous!

Aktuelle Blogbeiträge

TOUT VOIR

Votre thème immobilier.
Notre solution globale.

HAUT
X

Send this to a friend