Estimer un bien au juste prix confine à l’art

Quand il s’agit d’estimer la valeur de leur propre bien, les propriétaires sont souvent loin du compte. C’est la conclusion d’un rapport d’UBS. Mais au juste, quelles sont les raisons de ces erreurs d’estimation et quelles sont leurs conséquences? Immopulse a mené l’enquête!

Un sondage auprès des agents immobiliers en Allemagne révèle que près d’un propriétaire sur deux surestime la valeur de son bien. Et dans des proportions non négligeables: souvent, l’estimation est de 20 à 40% supérieure à la valeur réelle.

Les professionnels ne sont pas en reste

Selon un rapport publié en ligne par UBS, c’est également souvent le cas en Suisse. Les particuliers, mais aussi les professionnels de l’immobilier affichent des prix surestimés. Tandis que les premiers le font pour des raisons émotionnelles, les seconds s’adonnent à cette pratique en vue d’acquérir de lucratifs mandats de vente, en promettant aux vendeurs des estimations de prix gonflées.

Durées de vente plus longues et prix plus bas

Les conséquences peuvent être désastreuses dans les deux cas. Si le vendeur tente de vendre son bien au prix maximum, UBS indique que selon l’objet et l’emplacement, la probabilité d’y parvenir n’est pas plus élevée que celle d’avoir les six numéros gagnants au loto. Proposer un bien à un prix non réaliste sur le marché peut parfois avoir un effet boomerang pour le vendeur. Si l’offre de vente ne trouve pas preneur sur le marché, le propriétaire n’arrive pas à s’en débarrasser: le fait est que, dans la tête des acquéreurs potentiels, l’idée que le bien est «trop cher» a déjà fait son chemin. Il est donc contre-productif et dissuasif qu’un bien tarde trop à trouver preneur et subisse des baisses de prix successives. En fin de compte, si le bien parvient à se vendre, c’est souvent en deçà du prix qu’il aurait été possible d’atteindre en faisant appel à une estimation réaliste effectuée par d’authentiques experts.

L’emplacement est déterminant

Une chose est claire pour UBS: «S’il est difficile d’évaluer correctement le marché, c’est parce que les prix des biens sont extrêmement variables selon leur localisation.» Alors que, dans le canton de Zurich, le mètre carré de terrain à bâtir se chiffre régulièrement à 2000 francs, voire plus, dans le Jura, en Suisse orientale ou encore dans le canton de Soleure, on trouve des parcelles pour une fraction de ce prix. En Haut-Valais, le prix est parfois bien inférieur à 200 francs le mètre carré.

«Pour des logements en propriété identiques avec le même nombre de mètres carrés et la même année de construction, les écarts de prix sont souvent de l’ordre de 40 à 50% au sein d’une même région», écrit UBS. La raison? Les biens affichent de fortes disparités suivant l’évolution démographique, leur situation, centrale ou non, ou leur accessibilité, mais aussi en fonction de l’offre sur le marché et de l’activité de construction dans certaines communes et régions.

Les experts immobiliers fiables sont recherchés

Expérience, expertise et confiance sont des facteurs décisifs des estimations immobilières. En effet, informer un propriétaire que ses attentes de prix sont loin de la réalité ou qu’un expert présumé l’a attiré avec un prix trop élevé n’est pas une mince affaire. En pareil cas, des preuves d’une estimation plus réaliste sont attendues de la part de l’expert immobilier. Cette attente exige une excellente connaissance du marché, de l’expertise et de l’expérience avant que le client puisse à nouveau avoir confiance. L’estimation de prix du marché d’Immopulse repose sur ces principes. Elle associe différents modèles et sert d’orientation pour ses experts immobiliers. Ce procédé permet d’écarter toute estimation exagérée.

Aktuelle Blogbeiträge

TOUT VOIR

Votre thème immobilier.
Notre solution globale.

HAUT
X

Send this to a friend