Habiter en Suisse: mythes et réalités

En ce qui concerne les habitudes des Suisse en matière de logement, de nombreux mythes perdurent. Le nombre de personnes par ménage diminue-t-il? Les campagnes ont-elles vraiment la cote? Les acheteurs immobiliers sont-ils de plus en plus âgés? Le blog Immopulse a mené l’enquête afin de démêler le vrai du faux.

Dans les médias ou les discussions en général, on se heurte souvent aux mêmes avis et points de vue au sujet du marché du logement. Pourtant, ces déclarations sont rarement étayées par des preuves. Wüest Partner s’est penché sur la question dans une étude intitulée «Les mythes de la demande d’appartements». Le blog Immopulse fait le point.


Mythe n°1: la population suisse délaisse les centres urbains!

Ces dernières années, dans les villes suisses, les loyers ont augmenté de 7% et les appartements en propriété se sont renchéris de 16%. Parallèlement, le nombre de pendulaires a augmenté. Il serait toutefois erroné d’en déduire que les jeunes quittent les villes qui seraient devenues trop chères pour eux. Si l’on jette un œil aux statistiques, on constate que le taux de déménagement est resté stable dans les villes et que les centres conservent toute leur force d’attraction. Les jeunes en particulier aspirent à vivre dans les grands centres urbains.

Mythe n°2: de plus en plus de gens vivent seuls!

À l’heure actuelle, environ 16% de la population fait ménage seul. Ce pourcentage a doublé depuis 1970. Toutefois, les dernières statistiques montrent aussi que le nombre de ménages composés d’une personne est relativement stable depuis 2000.

Mythe n°3: plus un endroit est bâti, plus les gens y viennent!

En d’autres termes: plus l’offre est élevée, plus la demande augmente. Les statistiques corroborent effectivement cette affirmation. Une intensification de l’activité de construction dans des centres plus ou moins grands s’est traduite par une hausse de la croissance du nombre d’habitants. Seule exception, aux emplacements de moindre qualité des régions rurales, une offre accrue d’appartements n’entraîne pas forcément un accroissement de la population.

Mythe n°4: les appartements de taille moyenne sont les plus demandés!

En effet, dans les nouvelles constructions, 60% des appartements comptent entre 3 et 4,5 pièces. Les appartements de cette taille représentent en outre les trois quarts des petites annonces immobilières. En réalité pourtant, trop peu de célibataires et de couples s’y intéressent. Ils préfèrent généralement les appartements plus petits, supposés meilleur marché.

Mythe n°5: de moins en moins de gens peuvent accéder à la propriété du logement!

La hausse des prix et les règles de financement strictes appliquées par les banques pour l’octroi d’hypothèques portent à penser que de moins en moins de personnes acquièrent un logement en propriété. Ce que contredisent les statistiques. Selon Wüest Partner, le nombre de logements ayant changé de propriétaire est resté stable ces dernières années. On constate néanmoins un déplacement des achats des emplacements A (les plus onéreux) vers les emplacements B (plus abordables) en périphérie des centres urbains.

Mythe n°6: l’acheteur immobilier type est de plus en plus vieux!

En réalité, c’est entre 30 et 45 ans que la plupart des gens (environ 50%) emménagent dans un appartement en propriété. Un tiers seulement des acquéreurs ont plus de 45 ans. Ce qui est vrai par contre, c’est qu’aujourd’hui, la majorité des propriétaires immobiliers ont entre 59 et 65 ans. Cela pour des raisons démographiques principalement.

Conclusion: parmi six mythes sur les habitudes des Suisses en matière de logement, un seul peut être entièrement confirmé. Tous les autres ne sont, d’un point de vue statistique, que mythes et légendes. On sera donc bien avisé de ne pas prendre pour argent comptant des avis glanés ci et là au sujet du marché du logement. Mais à l’ère des réseaux sociaux, cela s’applique somme toute à tout type d’information.

Aktuelle Blogbeiträge

TOUT VOIR

Votre thème immobilier.
Notre solution globale.

HAUT
X
Send this to a friend