Rien ne se passe jamais comme prévu

 

swiss-life_19

Un mode d’emploi pour la vie? Voilà une solution originale! Mais si l’on considère le nombre de retards et d’annulations que contiendrait cette «feuille de route de la vie», l’idée perd de sa force.

Qu’on le veuille ou non, chacun d’entre nous réfléchit à la façon dont se déroulera sa vie. L’éducation, la culture, l’insoumission à ces deux valeurs mais aussi d’autres facteurs poussent l’être humain à s’interroger sur sa condition. Si certains planifient tout dans les moindres détails, d’autres préfèrent, au contraire, prévoir le moins possible. D’autres encore se croient sous le joug d’un destin tout tracé. Il n’est guère surprenant que la façon dont nous nous logerons durant les différentes étapes de notre vie alimente également nos spéculations. Mais au bout du
compte: rien ne se passe jamais comme prévu.

Un début normal

«À l’époque, nous avons fait l’acquisition d’un logement et pensions y vieillir ensemble», explique Werner Ambrecht. Retraité depuis plusieurs années, il se deplace aujourd'hui en chaise roulante dans un logement situé au rez-de-chaussée et adapté aux personnes en situation de handicap. Sa femme Anni lui adresse un sourire éloquent. «Jeunes, nous voulions vivre en ville, loin des parents.» C’est alors qu’ils ont loué un premier petit appartement. Mais à l’arrivée de leur premier enfant, l’espace est devenu trop exigu. Deux autres enfants ont vu le jour et, chaque fois, l’appartement loué a été plus grand. Ils sont ensuite devenus locataires d’une maison à la campagne.

Devenir propriétaire, une étape logique

Mais dépenser chaque mois de l’argent pour quelque chose qui ne leur appartenait pas ne leur convenait guère. «Avec l’héritage de mes parents, nous avions les moyens d’acquérir une maison contiguë située en ville», se souvient Werner. Mais lorsque les enfants ont quitté le foyer, la maison est devenue trop grande. «Nous avons vendu notre bien et déménagé dans une petite maison à la campagne avec un grand jardin. C’est ici que nous voulions vieillir ensemble», confie Anni avec émotion.

Un coup du sort

Après la retraite, une maladie contraint Werner à se déplacer en fauteuil roulant. La maison n’était plus suffisamment fonctionnelle et le jardin trop grand pour Anni toute seule. «Adieu le rêve de vieillir ensemble dans notre petite maison», expliquent les deux retraités, non sans nostalgie. Avant de poursuivre: «Nous avons demandé conseil à des experts. Nous avons vendu notre maison avec l’aide d’un courtier et acheté cet appartement en ville adapté aux personnes à mobilité réduite.» Si un jour ils devaient s’installer dans un home, cet appartement facile à revendre leur servirait de base financière.

Le bonheur retrouvé

Dans leur appartement lumineux et confortable, les Ambrecht ont l’air très heureux. «La vie vous réserve parfois des imprévus», conclut Werner Ambrecht d’un air amusé. «Si j’avais su tout cela plus tôt, j’aurais fait exactement la même chose.» Un sourire malicieux accompagne ses paroles.

Et la génération suivante?

On sonne. C’est leur fils Beat, accompagné de sa femme et leurs enfants. La jeune famille donne un bref aperçu de son projet de vie. «Nous avons appris à prendre la vie comme elle vient. Comme nous l’ont enseigné nos parents.» Une réponse claire qui laisse entrevoir de nombreuses possibilités, mais aussi des incertitudes. Car, après tout, rien ne se passe jamais comme prévu…

Votre souhait immobilier.
Notre solution complète.

HAUT
X
Send this to a friend