Surface habitable par personne: le grand comparatif des villes

 

Wohnraum Pro Person
De combien de surface dispose-t-on en moyenne dans les villes suisses? Existe-t-il ici aussi des logements «surpeuplés»? Le blog Immopulse a analysé pour vous les derniers chiffres de l’Office fédéral de la statistique.

De nombreux facteurs entre dans l’évaluation de la qualité de vie d’une ville. L’un de ces facteurs est la situation en matière de logement. En d’autres termes: plus une personne dispose de surface habitable, plus la qualité de vie de la ville considérée est bonne. Dans son dernier comparatif, l’Office fédéral de la statistique (OFS) présente les chiffres pour 49 villes suisses. Nous nous concentrerons sur huit d’entre elles, à savoir Zurich, Genève, Bâle, Berne, Lausanne, Lucerne, Saint-Gall et Lugano.

Lugano en première position

En principe, rien de surprenant: les habitants des centres urbains ont moins d’espace à leur disposition (42 m2 en moyenne) que les habitants des agglomérations avoisinantes (46 m2). La principale raison: la proportion de maisons individuelles dans les villes suisses n’est que de 6% en moyenne. Parmi les grandes villes, seul Lugano fait figure d’exception. Depuis sa fusion avec plusieurs communautés rurales telles que Valcolla, Bogno et Cimadera, Lugano affiche une proportion de maisons individuelles de 15%. Par conséquent, les Luganais disposent de 45 m2 de surface habitable par personne. Les villes de Lucerne et de Saint-Gall affichent des chiffres tout aussi élevés.

Genève en fin de liste

Genève en revanche se situe à l’autre extrême. Avec 12 434 habitants par km2, Genève connait une densité huit fois supérieure à la moyenne suisse ou 15 fois supérieure à celle de Lugano. Ici, les habitants ont seulement 35 m2 de surface habitable à leur disposition. Viennent ensuite, par ordre décroissant, les villes de Bâle, Berne, Zurich et Lausanne dont les valeurs sont également en dessous de la moyenne en termes d’espace de logement.

Logements surpeuplés

Plus une personne dispose d’espace pour vivre, moins les logements sont surpeuplés. Ceci est le cas lorsque le nombre de personnes vivant dans un appartement est supérieur à celui des chambres. Les chiffres de l’OFS sont sans équivoque à cet égard. Ainsi, Genève recense 18% de logements surpeuplés, soit nettement plus que dans les autres villes. A Saint-Gall et à Lucerne, en revanche, le nombre d’appartements surpeuplés est en-dessous de 5%.
Autre constat: les villes où les habitants disposent de davantage de surface habitable ont également une proportion plus élevée d’appartements vacants. Selon l’Office fédéral de la statistique, cette circonstance a un effet positif sur la situation en matière de logement. En effet, un taux de vacance élevé rend la recherche d’un nouveau logement plus facile et a également un effet modérateur sur le prix des logements.
Pour résumer: les villes de Lugano, Saint-Gall et Lucerne l’emportent sur les villes de petites tailles. Elles se distinguent par la plus grande surface habitable moyenne par personne, la part de logements les moins surpeuplés et le taux de vacance le plus élevé.

Votre thème immobilier.
Notre solution globale.

HAUT
X
Send this to a friend