Un logement idéal à chaque étape de la vie

 

swiss-life_08

«Il y a un temps pour tout. Un temps pour répandre des pierres et un temps pour en ramasser.» Également valable pour notre époque, cette citation biblique légèrement modifiée est d’autant plus vraie en matière de logement.

Certes, nous ne vivons plus dans des cavernes. Et pourtant, à l’instar de nos aïeux, nous sommes nous aussi constamment à la recherche du logement optimal. Car la «caverne» actuelle n’est pas forcément la plus adaptée. Chaque situation de la vie requiert en effet son propre type de logement.

Le nid douillet de l’enfance

Dans l’attente de l’heureux événement, les parents ne réalisent pas encore ce qui leur arrive. La petite chambre est préparée des mois à l’avance pour que tout soit parfait à l’arrivée de bébé. Au fur et à mesure que l’enfant grandit, son espace évolue. Une caverne de pirate, une décoration de conte de fées ou encore un lit en forme de bolide viennent alors meubler son univers. Le principal est que l’enfant s’y sente bien.

L’âge de la révolte

Au plus tard à l’adolescence, les goûts de l’enfant en matière d’aménagement diffèrent de ceux de ses parents. La chambre est toujours trop petite et n’offre jamais assez d’intimité. Maman ne sait plus où donner de la tête. Le sens de l’organisation imposé par les parents se heurte à l’imagination juvénile. L’obsession paternelle du contrôle vole en éclats face à la soif de liberté pubère. Les conflits liés au besoin d’intimité, d’indépendance et d’autodétermination prennent fin lorsque les jeunes adultes partent à la recherche d’un toit. Certains parents s’en réjouissent, tandis que d’autres se montrent plus nostalgiques.

Seul ou en colocation?

La phase suivante est empreinte de perplexité. Les conceptions révolutionnaires en matière d’aménagement sont entravées par le manque de moyens financiers. Il faut alors opérer des choix: de quoi ai-je besoin? D’une chambre, d’une cuisine et d’une salle de bain! Ou serait-il plus judicieux d’opter d’abord pour une colocation avec des jeunes du même âge? On s’installe alors du mieux qu’on peut et l'on profite d’un semblant d’indépendance par rapport à la vie avec les parents.

Plus jamais seul

Vient ensuite le temps de l’amour. On est à deux, on ne veut plus se séparer. La liberté n’est plus au goût du jour, rester seul est, somme toute, ennuyant et en colocation, l’intimité fait défaut. En partageant les frais, le jeune couple peut se permettre un appartement plus grand dans un quartier plus attrayant.

Quand amour rime avec famille

Il est temps de trouver un nouveau logement. Hors de question que la descendance grandisse dans la chambre à coucher des parents! Si certaines familles ont fait le choix de rester locataires toute leur vie et déménagent tout au plus dans un appartement plus spacieux, d’autres, en revanche, optent pour l’acquisition d’un logement.

La ruée vers les zones rurales

La famille s’agrandit et la carrière prend son envol. La prochaine étape semble logique: une maison individuelle. Le produit de la revente de la maison mitoyenne permettra d’en faire l’acquisition. Petit à petit, les réflexions en matière de prévoyance individuelle et familiale prennent de l’importance.

Bye-bye baby

Les chérubins sont devenus adultes et suivent leur propre voie. Le calme revient lentement mais sûrement dans cette maison familiale naguère encore très animée, laissant les parents le cœur plein de souvenirs, une multitude de chambres et de plus en plus de travail dans la maison, la cour et le jardin.

Les ambitions revues à la baisse

Avec l’âge, les grands espaces à l’intérieur comme à l’extérieur de la maison deviennent souvent une préoccupation. De nombreux couples vendent alors la maison familiale et font l’acquisition d’un appartement suffisamment spacieux, et parfois aussi moins excentré et plus confortable. Dans bien des cas, ils peuvent revendre leur propriété au plus offrant et investir l’excédent dans leur retraite.

Contre la solitude

Mais un beau jour, la vie à deux touche à sa fin. C’est à ce moment que bon nombre de seniors se remémorent les colocations qu’ils avaient connues de leur jeunesse. Partager son espace de vie n’était pas si mal après tout et c’est toujours mieux que de vivre en solitaire. La Suisse connaît un regain d’intérêt pour ces colocations entre seniors où des retraités encore alertes trouvent un nouveau logis et se tiennent compagnie.

L’heure du bilan

Le bilan d’une vie compte de nombreuses expériences, des années pleinement vécues et une multitude de situations de logements occupés seul, à deux ou en famille. Il est temps de profiter d’une retraite confortable et sereine, peut-être même dans une maison de retraite sélect, offrant tout le confort. Les plus futés auront naturellement pris soin de planifier leur prévoyance, même pour cette dernière tranche de vie.

La vie est un changement constant, en termes de logement également. Durant notre existence, nous avons cherché et trouvé des appartements et des maisons, puis les avons revendus à d’autres. Un cycle, à l’instar de la vie elle-même.

 

Votre thème immobilier.
Notre solution globale.

HAUT
X
Send this to a friend